Sisyphe

« Sisyphe: Il a été puni pour avoir triché la mort deux fois en étant forcé de rouler un énorme rocher sur une colline seulement pour qu’il roule vers le bas chaque fois qu’il s’approchait du sommet, répétant cette action pour l’éternité »

Si nous y pensons, sommes-nous différents de Sisyphe? Au moins, il n’avait qu’un rocher à rouler sur une colline, étaient comme nous avons tous plusieurs rochers à prendre en charge. Et invariablement tous ces rochers roulent sur la colline l’un après l’autre et nous devons recommencer à les rouler. Notre vie professionnelle est une vie, où nous continuons à rouler sur la colline en pensant que nous pourrions atteindre une certaine position ou un certain pouvoir, seulement pour se rendre compte qu’il ya toujours quelqu’un avec plus de pouvoirs assis à la barre des affaires. On pourrait se demander, comment cela peut-il être comparé au rocher qui descend la colline? Y at-il une différence entre penser que vous avez atteint un point seulement pour se rendre compte que vous n’avez pas et de voir le rocher descendre la colline?

Quand il s’agit d’économie / richesse, nous avons un système merveilleux, c’est-à-dire, le capitalisme, qui nous fait courir avec l’illusion que nous pourrions devenir riches à un moment donné. Comme carlin l’a dit, « Nous achetons des choses que nous n’avons pas besoin avec de l’argent que nous n’avons pas ». Système nous fait croire que pour vivre une vie meilleure, vous avez besoin d’avoir plus de choses. Pour acheter plus de choses, nous avons besoin de plus d’argent. Pour gagner plus d’argent, nous devons travailler plus. C’est un cercle vicieux. Au moins, Sisyphe savait que son rocher allait rouler sur la colline et qu’il devait l’enroulé pour l’éternité. Les pauvres âmes, qui courent sans arrêt pour faire de l’argent et acquérir de la richesse, ne savent pas que leurs courses à la fin sans signification. L’as dans la manche du système économique, c’est qu’il ne nous permet guère de penser pourquoi nous continuons à courir. Dès que l’on s’arrêtera et que l’on pensera/interrogera le système, il y aura suffisamment de gens autour de cette personne pour rappeler que d’autres se nent pour aller de l’avant et que la personne serait laissée pour compte. Ainsi, la personne n’a pas d’autre choix que d’arrêter de penser et de recommencer à courir.

Le rocher le plus lourd que la plupart des gens roulent sur la colline est celui de la famille et des relations. Certaines personnes sont coincées dans la même relation en pensant que le rocher atteindrait le sommet de la colline et y resterait, tandis que d’autres continuent d’essayer la même chose avec un nouveau rocher seulement pour se rendre compte que peu importe comment ils essaient, leurs rochers vont finir en contrefort. Mais pour être juste, de tous les rochers dénués de sens les gens poussent jusqu’à la colline, bloc relation est le meilleur parmi les pires. Les gens ont tendance à dire que leurs relations donnent un sens à leur vie dénuée de sens, peut-être qu’ils obtiennent un certain sens, mais à la fin, ils ont à rouler le rocher de haut en bas de la colline pour l’éternité.

Woody Allen a déclaré dans une interview que Camus a essayé de donner une tournure positive à cette histoire, quand il a dit que, « ….Il faut imaginer Sisyphe heureux ». Pour être heureux, il faut être conscient. Si l’on fait ce travail futile, cette personne serait-elle consciente? Serions-nous conscients? Sauf si l’on s’arrête un instant et pense à la corvée de ce qu’il / elle fait. Disons qu’on fait ça, quelle en serait la conséquence ? Nous pourrions détester ce que nous faisons pendant un certain temps, essayer de se rebeller contre les forces qui nous ont fait répéter sans cesse les activités, se rendre compte que nous ne pourrons pas et ensuite continuer les mêmes activités. Ce serait le cas pour des millions de personnes à travers le monde. Très peu d’entre eux pourraient essayer de prendre certaines mesures, mais la réussite ou non dépend des conditions qui existent à ce moment-là. Le meilleur cas est qu’ils réussissent et commencent à faire d’autres activités, ce qui les inspire pendant un certain temps, mais encore une fois après un certain temps, ils se sentiraient le fardeau à nouveau. Ils pourraient trouver une autre activité intéressante, qu’ils pourraient même poursuivre, pour être laissés ennuyeux après un certain temps. Voyez même si nous prenons conscience de nos corvées, nous n’avons pas d’autre choix que de nous y livrer sous une forme ou une autre. Peut-être Camus réalisé tout cela et puis juste pour garder ses lecteurs heureux, il a dit ce qu’il a dit. Qui n’aime pas une fin heureuse ?

Sisyphe était-il heureux ? Nous ne saurions jamais et Camus non plus. Mais penser que l’on est plus heureux, même en faisant de telles activités sans fin mélienne pourrait conduire à l’une des deux conséquences. Un : Les gens trouvent du plaisir dans tout ce qu’ils font et continuent à faire juste pour ramper à travers leur existence. Ces gens ne seraient pas l’esprit parce que leur situation pourrait ne pas être si pire. Deux : Les gens acceptent cela comme un destin et prétendent être heureux. C’est une conséquence inquiétante. Ils pensent peut-être que seuls ils subissent cela et qu’ils sont responsables de leur sort. Ils ne savent peut-être pas qu’il y en a d’innombrables autres qui vivent la même chose qu’eux. Que se passerait-il lorsque ces gens se rassembleraient et se rebelleraient contre les forces qui l’étaient? Cela améliorera-t-il leur existence? Même si leur existence s’améliore, après un certain temps ne seraient-ils pas passer par une difficulté différente sans fin? On peut présumer qu’au moins ils seront heureux d’avoir changé quelque chose dans leur vie et ne serait pas l’esprit de vivre le reste de leur vie poussant un autre rocher de haut en bas de la colline.

Est-ce que j’essaie de donner un coup positif, tout comme Camus ? Certainement pas! Les gens ne peuvent pas être heureux s’ils continuent à regarder le passé, qui est l’une des plus grandes sources de malheur, selon Kierkegaard. Ainsi, même si nous (sisyphes modernes) arrêter, penser et faire quelque chose, nous finissant par pousser les mêmes rochers ou peut-être différents, mais les rochers néanmoins, de haut en bas de la colline. Et, nous ne pouvons pas être heureux non plus d’avoir accompli quelque chose dans le passé, selon Kierkegaard. Il nous suggère de vivre dans le présent. Le présent, comme nous le savons, est une corvée. Nous sommes pris entre le rock et l’endroit dur. Il n’y a pas d’autre moyen de naviguer à travers notre existence absurde que de pousser nos rochers de haut en bas de la colline.

PS: Si vous pensez, cet article n’a aucun sens, alors vous avez raison. Le seul point de l’article est de ne faire aucun point et de mettre en évidence l’absurdité de notre existence. Si tu t’en es rendu compte, alors c’est bon pour toi. Vous êtes sur le chemin de l’illumination.

PPS: Pour faciliter votre travail, le mot compte de mots souvent répétés
Boulder : 18 fois, Hill : 15, Boulders : 7, Réaliser : 6

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s